Faire carrière à mi-temps : mythe ou réalité ?

Pour certains, travailler à mi-temps permet de mettre un peu d’argent de côté. Pour d’autres, c’est leur activité et source de revenu principales. Mais peut-on vraiment faire carrière à temps partiel ?

La nature du temps partiel nous laisse d’abord penser que non, ces emplois ne sont pas conçus pour faire carrière. Ils sont caractérisés par la flexibilité. D’un jour à l’autre, un patron peut avoir besoin de moins de main-d’œuvre ; son employé à temps partiel ira alors travailler ailleurs.

Cette mobilité encourage peu à une formation avancée du personnel. Pour certains employeurs, le travail à temps partiel limite l’investissement personnel et émotionnel des employés. Les travailleurs sont plutôt sélectionnés selon leurs disponibilités et moins pour leur implication dans l’entreprise. Dans la restauration, par exemple, on recrute beaucoup d’étudiants ; les effectifs sont pourtant renouvelés tous les ans parce que les employés se désistent ou passent à autre chose.

Le nombre limité d’heures au travail affecte aussi la progression de l’employé au sein de la société qui l’emploie. Les responsabilités qui accompagnent un poste comme celui de gérant de magasin demandent plus de temps et d’énergie qu’un travailleur à temps partiel est prêt à fournir. Les employés sont à mi-temps parce qu’ils ont des obligations en parallèle. S’ils acceptent plus de responsabilités, ils risquent de menacer cet équilibre qui est pourtant l’objectif premier du temps partiel.

Mais les carrières à temps partiel existent bien, notamment dans le domaine de la santé. Le temps partiel peut simplement indiquer un statut moins permanent que le temps plein, mais tout aussi intégré dans l’entreprise. Au Québec, selon Statistiques Canada, 29.3 % des infirmières travaillaient à temps partiel en novembre 2011. Leurs responsabilités étaient les mêmes que celles de leurs collègues à temps plein, mais avec en principe des emplois du temps moins chargés.

Les secteurs où le besoin de main-d’œuvre est fort (santé, comptabilité, finance…) offrent donc des opportunités de carrière même en travaillant à temps partiel. Quant aux autres secteurs, il est plus rare de progresser dans sa carrière en travaillant uniquement à temps partiel. Pour autant, il est possible de choisir de travailler moins pendant un certain temps, afin d’avoir plus de temps à soi, tout en ne nuisant pas à sa carrière.

Réseau d'emplois Jobs.ca

#